Varsovie, le cœur culturel et spirituel de la Pologne

Publié le : 13 février 202311 mins de lecture

Le roi Sigismund Vasa a déplacé la cour royale de l’ancienne ville de Cracovie à Varsovie, sur les rives de la Vistule (Wisla) au centre du pays, en 1596. Bien que Cracovie resterait le cœur culturel et spirituel de la Pologne, la politique et le centre administratif de Varsovie s’est développé rapidement, ajoutant de larges boulevards et des résidences somptueuses aux petites villes anciennes et nouvelles.

Au cours des siècles, la ville a subi des invasions, des occupations et des destructions répétées et a dû être reconstruite à plusieurs reprises. La Seconde Guerre mondiale s’est avérée beaucoup plus dévastatrice et tragique que tous les conflits précédents; Vers la fin de la guerre, après le soulèvement de Varsovie et avec l’avancée inexorable de l’Armée rouge soviétique, Hitler ordonna que toute la ville soit systématiquement détruite et Varsovie fut presque entièrement rasée.

Miraculeusement, la vieille ville a ensuite été soigneusement reconstruite, bien qu’elle ne soit pas exactement telle qu’elle était, selon d’anciennes photographies, peintures et plans architecturaux.

Varsovie, capitale de la Pologne

Bien que Varsovie soit la capitale nationale, elle est généralement moins attrayante pour les visiteurs que Cracovie ou Gdansk. C’est en partie parce que c’est encore une ville en transition, ouvrant la voie à la nouvelle Pologne post-communiste : la Pologne en tant que membre de l’OTAN et de l’Union européenne. En dehors du centre historique, la ville peut être peu attrayante : l’architecture est un mélange désordonné et parfois laid de manoirs staliniens en béton, de vieux bâtiments à restaurer et de tours modernes étincelantes, toutes construites avec peu d’attention à l’urbanisme.

Les quartiers sont assez difficiles à définir. Cependant, c’est une ville dynamique de deux millions et demi d’habitants avec une importante Route Royale, un centre historique remarquablement rajeuni, des rappels du Ghetto de Varsovie et des monuments du patrimoine juif, et un noyau culturel important.

La Vistule divise Varsovie en deux, mais presque tout ce qui intéresse les visiteurs se trouve sur la rive ouest. La route royale, la plaque tournante de la plupart des sites touristiques, s’étend de la vieille ville au sud jusqu’au parc Lazienki et à Wilanów, autrefois le palais d’été royal.

À découvrir également : Que manger en Pologne : les meilleures spécialités culinaires à découvrir !

Lieux à visiter à Varsovie

Château royal

Sur le côté est de Plac Zamkowy   (place du château) se trouve l’imposant château royal. Bien qu’une forteresse ait été établie pour la première fois sur ce site dans les années 1300, la structure actuelle est, comme tous ses environs, une reconstruction récente du XXe siècle. En 1944, ce n’était guère plus qu’un tas de décombres fumants, avec tous ses grands intérieurs détruits par les balles, la dynamite et le feu. La quasi-totalité de la collection royale de grandes œuvres d’art et de tapisseries a été volée ou détruite, même s’il convient de noter que de nombreuses pièces, y compris des meubles, ont été retirées pour être mises en lieu sûr lorsque la guerre a éclaté. La reconstruction n’a commencé qu’en 1971 et le château a été rouvert au public en 1984.

Le château royal était la résidence officielle des rois de Pologne à partir du XVIIe siècle, et c’est ici que la constitution polonaise historique – la deuxième plus ancienne au monde, après celle des États-Unis – a été approuvée par le Sejm (parlement) le 3 mai 1791.

Cathédrale Saint-Jean (Archikatedra Sw. Jana)

La cathédrale Saint-Jean est la plus ancienne cathédrale de Varsovie, datant du 14ème siècle. La cathédrale a été en grande partie rasée pendant la guerre; bien que l’extérieur gothique en brique ait été reconstruit, une trop grande partie de l’intérieur a été perdue et la cathédrale a maintenant un aspect complètement différent de celui où le dernier roi de Pologne, Stanislaw August Poniatowski, a été couronné et enterré ici en 1764.

La crypte abrite les tombes de plusieurs Polonais célèbres, dont les ducs de Mazovie, l’écrivain lauréat du prix Nobel Henryk Sienkiewicz et le premier président polonais, Gabriel Narutowicz. St. John’s a joué un rôle lors du soulèvement de Varsovie de 1944 contre les occupants allemands. Les chars allemands sont même entrés dans les limites de l’église. Si vous marchez à l’extérieur du mur sud, vous verrez de véritables fragments de l’équipement lourd utilisé par les nazis pour démolir la vieille ville déposés dans la pierre.

Musée Marie Curie (Musée Maria Sklodowska-Curie)

Maria Sklodowska (1867-1934), o Marie Curie, comme on l’appelle mieux, est née ici à Varsovie, bien qu’elle ait vécu la majeure partie de sa vie d’adulte en France. Scientifique et médecin, elle fut la première femme à enseigner à la Sorbonne à Paris. Il découvre le radium et le polonium (du nom de son pays natal) et le phénomène de la radioactivité. Elle a été la première femme à remporter le prix Nobel en 1903 (pour la physique) et 1911 (pour la chimie).

Musée national (Musée national)

Le Musée national possède une grande collection d’art – de l’archéologie romaine et égyptienne et de l’art médiéval aux meubles anciens et aux grandes galeries de peinture polonaise et européenne totalisant plusieurs millions d’articles.

Palais Lazienki (Lazienki Królewskie)

Le magnifique palais et jardin Lazienki est l’ancienne résidence d’été du roi Stanislaw August Poniatowski, le dernier monarque de Pologne. Au moment de son achèvement en 1793, le soi-disant Water Palace était loin de la capitale. Aujourd’hui, cependant, le parc de 74 hectares (183 acres), qui a ouvert au public en 1818, se trouve juste à la périphérie du centre de Varsovie.

Le pavillon de bain original du XVIIe siècle a été transformé par l’architecte italien Dominic Merlini en un magnifique palais classique. D’autres bâtiments, dont un théâtre et le manoir de la Maison Blanche (Bialy Dom), ainsi que plusieurs pavillons, orangeries, chemins et canaux, ont été ajoutés, transformant le complexe en un magnifique mélange d’architecture française classique et baroque et de jardins à l’anglaise. Le parc paisible est un lieu de promenade préféré pour de nombreux habitants.

Dans le bâtiment principal, le Palais sur l’Isle, la salle de bal néoclassique, la salle Salamon et la galerie d’art, qui présentaient autrefois quelque 2 500 œuvres d’art (dont les plus précieuses ont été volées ou détruites, bien qu’elles contiennent encore des pièces de la collection de Stanislaw août), sont particulièrement remarquables, tout comme la salle à manger, où le roi tenait ses fameux « dîners du jeudi » avec des personnalités culturelles et politiques. La salle Bacchus est décorée de carreaux de Delft originaux.

À l’autre extrémité du parc, surplombant l’escarpement de la Vistule, se trouve une reconstruction du monument sécessionniste de 1926 à Frédéric Chopin, représentant le compositeur sous un saule, qui ressemble à sa main jouant du piano. Le monument, prétendument le premier détruit par les nazis, est un lieu populaire en plein air pour les concerts d’été.

Le centre historique de Varsovie

Le centre historique de Varsovie peut être divisé en deux zones : Stare Miasto (vieille ville), où se trouvent les principales attractions touristiques architecturales telles que le château royal ( Zamek Królewski en polonais, datant du XIVe siècle, résidence officielle de la monarques) situé sur la place du château ( Plac Zamkowy ), la cathédrale Saint-Jean ( katedra Św. Jana , construite au XIVe siècle dans le style gothique baltique, reliée directement au château royal par une galerie couverte), la place du marché ( Rynek Starego Myasta, le cœur de la vieille ville, déjà créé lors de la fondation de Varsovie et entouré de maisons construites au XVe siècle), le splendide Palais Pod Blachą (construit en 1721 dans le style baroque, il abrite une partie des collections du Château Royal) et d’autres bâtiments qui valent le détour.

Nowe Miasto , d’autre part, est la Nouvelle Ville de Varsovie , qui est une extension développée après le XIVe siècle de la Vieille Ville, dont elle fait en tout cas partie, avec un patrimoine considérable de bâtiments d’époques plus récentes, parmi lesquelles l’église de San Casimiro ( kościół Św. Kazimierza , sur la Place du Marché de la Nouvelle Ville, construite en 1688 avec le couvent bénédictin du Saint-Sacrement), l’église de San Francesco ( kościół Św. Franciszka , commencée en 1679 , qui abrite les reliques de San Vito et une peinture de Saint Antoine de Padoue de 1664), le palais Sapieha (construit vers le milieu des années 1700), l’église Notre-Dame de Pologne ( katedra Polowa Wojska Polskiego, construit entre 1660 et 1682, conserve des peintures d’importants peintres polonais) et plusieurs autres églises et palais.

La plupart des palais reconstruits abritent actuellement des institutions culturelles, scientifiques et gouvernementales, comme l’ Académie polonaise des sciences devant laquelle se dresse le monument en bronze dédié à l’astronome polonais Nicolas Copernic.

A quelques pâtés de maisons de l’académie se trouve l’église de la Sainte-Croix où se trouve l’urne contenant le cœur du célèbre compositeur Frédéric Chopin ; dans cette zone se trouve également l’Opéra datant du XVIIIe siècle, qui se distingue par son architecture néoclassique monumentale.

Au XVIIIe siècle, de somptueuses villas entourées de jardins et de petits bois sont construites autour du centre-ville de Varsovie, destinées aux familles de la noblesse. Parmi ces villas se trouve le parc Lazienki, qui est actuellement le polmeno vert de Varsovie et où se trouvent d’autres palais qui valent le détour, comme le palais sur l’eau ( Lazienki Krolewskie , construit sur une île artificielle) ou le palais du Belvédère, qui abrite le siège du gouvernement national.

Plan du site